carca2015 1

Elodie qui sort de l’eau en 31min sur la première partie du triathlon.

Nous sommes le 23 mai 2015, et c’est le premier triathlon de l’année, 2ème au format olympique pour moi (après le triathlon du SALAGOU de 2014 qui s’est fini à l’infirmerie après l’arrivée, pour vomissements et hypo mémorable…). Je ne suis pas beaucoup plus préparée que l’année dernière, à peine 10 min d’eau libre en natation cette année, mais un peu plus de vélo, et de course à pieds…les deux dernières semaines ont été chaotiques, pas beaucoup de sport, pas mal de stress au boulot.

J’espérais faire moins de 3h, mais on m’avait prévenu que ce serait presque mission impossible, vu le dénivelé en vélo et le profil de la course à pieds. J’ai quand même une botte secrète : le Capteur de glycémie en continu, qui j’espère va m’éviter la mésaventure de l’année dernière.

 

La natation

Le départ se fait à 15 h au Lac de Cavayère, avec une eau annoncée à 19° (mon œil) le temps est frais et nuageux avec un fort vent… j’ai déjeuné avant de partir vers 11h, le menu « spécial triathlon » avec un bolus divisé par 3 (pâtes à l’eau, pain….et c’est à peu près tout, quand je fais du tri, j’ai l’estomac sensible, curieusement beaucoup plus qu’en course à pieds, sans doute l’eau pas toujours nickelle que l’on finit toujours par boire, la position couchée, la tentation de trop boire pendant le vélo, qui se paie ensuite en course à pieds…)

Je suis aux alentours de 2,5g à l’heure du briefing, tant pis, avec la natation je préfère partir un peu haute, il sera toujours temps de corriger après …j’opte pour un basal réduit de 80% pour l’ensemble de la course.

Après le briefing, nous nous rendons au départ, en tenue de pingouin, à quelques centaines de mètres de là…je découvre que la sortie de l’eau va être coton, car le parc à vélo est beaucoup plus haut, et relativement loin. (soit environ 400 m en courant pied nus sur un sol gravillonneux, si ma diabéto savait ça….)

Le départ est avancé de 15 min pour les bonnets blancs (soit les 27 filles), je ne sais pas trop quoi en penser (peur de me retrouver à nager seule) Avec 1500 m à parcourir et un tel décalage, je devrais sortir avant le premier homme, même sans forcer !

Finalement,  je sors de l’eau en 31 min environ (ce qui est loin d’être un exploit, mais 1600 m à ma montre, j’ai du dériver pas mal) et puis je ne voulais pas me griller pour la suite. Et je mets 4 min environ à la transition (obligée de marcher dans la côte, j’ai le souffle coupé). Je sors 11ème fille. Pratiquement un temps de 35 min (ça va être compliqué pour les 3h)

 

Le vélo

Le capteur n’a pas aimé le bain et ne capte plus, c’était prévisible mais ça va sécher. Je pars donc pour les 40 km de vélo à l’aveugle (je n’ai pas pris mon lecteur de glycémie dans le parc à vélo), je me sens plutôt bien. Le col du poteau n’est pas si dur (normal, vent dans le dos), mais à partir du 11ème km ça se corse un peu, un vent glacial de travers puis de face. Les hommes me doublent régulièrement (le premier aux alentours du 4ème km), et je vois passer presque l’ensemble des participants de mon club.

Je regarde de temps à autre ma pompe, et toujours pas de signal du capteur. Je ne le retrouverais qu’après le 30ème km, 2g au compteur, ce qui me semble pas si mal, ayant déjà senti une odeur d’acétone vers le 20ème kil (curieux, exactement comme l’année dernière). De toute façon la glycémie va baisser pendant la course à pieds.

(je n’ai qu’un bidon avec boisson isotonique, je pense après réflexion qu’il faut que je prévoit également de l’eau, pour le cas d’hyper…)

Je boucle le vélo en 1h38 (y compris la transition) ce que je trouve pas si mal, je n’ai pas perdu tant de places que ça en vélo (c’est mon point faible.) Et c’est confirmé les 3h c’est foutu (le départ a eu lieu il y a 2h13 !).

 

Course à pied :

carca2015 3

Elodie au triathlon de Carcassone : 3h8’55 », 17ème fille sur 26, 2ème V1.

J’enfile mes brooks sans chaussettes (je ne les retrouve pas dans le parc, elles se sont envolées…pas trop grave, il fait incroyablement frais) et je pars pour les 2 tours de lacs (soit 10 km), et je sais que je vais enfin me réchauffer :  sur les 3premiers kil, une succession de côtes et de descentes très courtes mais très raides, qui cassent les jambes, aussi bien en montée qu’en descente. (donc à faire 2 fois…) la suite est moins vallonnée, mais quand même pas tout à fait plate. Je me sens moyen donc je pars doucement…je bois de l’eau à chaque ravito, car la glycémie monte régulièrement. Je fais un bolus de 1u, mais ça continue à monter. La pompe vibre au 7ème km : elle annonce HIGH en même temps que les deux flèches qui signifient « la glycémie monte très rapidement ». Là, j’ai un petit moment de panique, normal que je ne me sente pas bien.  Je rajoute 2 unités et décide de finir coute que coute. La dernière montée est mortelle, je ne peux maintenir le rythme.

Je boucle finalement la Course à pied en 56 min et quelques, pas génial, mais compte tenu des circonstances, je m’en contente.

 

Je finis en 3h8’55 », 17ème fille sur 26, 2ème V1 (sur 5 !) La glycémie restera sur HIGH pendant 1 h environ, et je retrouverai des chiffres acceptables après de multiples bolus (c’est fou comme on est content d’être à 2g50 des fois ! ) J’éviterai l’hypo, qui est toujours à craindre dans ce cas.

J’espère maintenant que le prochain M sera le bon !

 

Elodie BONNIN

Ouvrir le chat
Besoin d'aide ?
Hey ! Bienvenu sur le site de la Type 1 Running Team. Puis-je vous aider ?
Powered by