Pierre Mamier, 71 ans et doyen du Team.

Ce petit cross de 5km des Virades de l’Espoir à Juvignac en ce dimanche 27 se présentait sous de bons auspices.

Par le hasard des rencontres sur les « réseaux sociaux », pour ne pas dire Facebook, mon voisin dans la rue qui reprenait sérieusement le sport avec un entraînement régulier, a accepté ma proposition de courir ce même 5km en guise de retour à la compétition depuis longtemps. Qu’il me propose de m’emmener, avec ma femme, dans sa voiture, ne pouvait pas se refuser, tant j’y voyais des avantages pour ne pas stresser au volant, à l’aller comme au retour. Une première en la matière. Comme pour mes nouveaux bâtons de marche nordique « EXEL CURVE », que j’étrennais en compétition, après quelques essais encourageants en semaine. Et puis Juvignac n’est pas très éloigné de Frontignan et l’horaire de la course, 10h, nous faisait revenir pour midi, ainsi je pouvais repartir pour une paella aux prés, dans les salins de Frontignan et un peu de journalisme l’après-midi pour faire plaisir aux amis diabétiques de l’AFD 34 de Montpellier qui m’avaient invité.

Arrivés à Juvignac dans un cadre très vert, sous les premiers rayons du soleil, l’ami Fred a fait ses premières foulées d’échauffement pendant que j’allais prendre puce et dossard aux inscriptions.

Puis premiers pas d’échauffement avec les bâtons et repérage du départ-virtuel et réel, il y en avait deux !- pendant que le speaker d’Hérault Sport animait la zone d’activités pour les petits et les grands au profit de la lutte contre la mucoviscidose et remarquait mon maillot « Type1 Running Team / Run for Diabetes », ce qui lui permettait de faire une observation judicieuse sur le fait que les diabétiques font aussi du sport. Tout compris le speaker !

Un maillot qui ne passe désormais inaperçu.

 

10h, le départ virtuel est donné sous la banderole d’arrivée…en marchant, vers le départ réel, cent mètres plus haut. Quand le chrono s’est-il déclenché ? Je n’en sais rien mais toujours est-il que les temps de l’an passé restaient à battre. En marchant, j’ai pu compter environ deux cents concurrents pour le 5km, le 10km, la randonnée et la « randonnée sportive », sur laquelle je m’étais inscrit pour la faire en marche nordique.  Mais j’étais un peu au-dessous de la vérité puisque nous étions 283 puisque 152 sur le 10km.

Je me suis vite aperçu que j’étais bien le seul avec mes bâtons ! Inconvénient : je ne saurai jamais ce que j’ai fait par rapport aux amis marcheurs qui auraient participé. Par contre, l’avantage d’être seul m’a vite sauté aux yeux : dès le départ et ensuite sur tout le parcours de 5km, j’ai côtoyé des coureurs (des coureuses surtout !), qui m’ont fait plusieurs fois la réflexion « Mais vous allez aussi vite que nous…. » Et à mi-parcours, derrière moi « Allez les filles, faut rattraper le monsieur avec les bâtons et au moins finir avec lui…. ». Plutôt encourageant d’être là plutôt que derrière tout le monde comme je l’étais encore une semaine plus tôt à Teyran. Du coup, après une bonne petite montée entre le premier et le second kilomètre,, sous ce ciel extraordinaire, nous nous sommes retrouvés dans la garrigue, dans les senteurs de thym et de fenouil et sur des chemins de terre caillouteux et tortueux, dans les bosquets descendant vers l’arrivée. Les premiers du 10km me sont retombés dessus à un kilomètre de l’arrivée. Si j’estimais leur temps à environ 30mn, je me voyais alors autour des 40mn. J’ai passé l’arrivée, concentré, en sentant comme jamais la formidable poussée de mes « Curve Exel », pour finir en 40mn38, sous les encouragements de Fred, arrivé lui en quelque 33mn.

Retrouvailles au ravitaillement d’arrivée avec David Le Bourhis (qui termine 4è du 10km), mon ancien collègue de Villeneuve-lès-Maguelone puis remontée à la voiture pour les deux frontignanais comblés par leur résultat vraiment intéressant.

Fred, frais comme une rose, après ses 5 premiers km en compétition, trinque avec Pierrot34.

 

A midi, après la douche, je trouve les résultats complets des deux courses sur mon ordinateur. ATS Sport de Pignan s’améliore décidément chaque dimanche pour offrir un tel service. Fred est 75è et moi, juste 100è sur 131 coureurs. Il y en a donc encore 31 derrière moi. Du jamais vu ! Ou ces demoiselles étaient vraiment néophytes en course à pied ou alors mes bâtons-il n’y a qu’eux qui ont pu produire ce phénomène m’ont considérablement aidé à avancer ! Je demande quand même à voir lors d’une « vraie » marche nordique chronométrée où Denis Pfister et Alain Baudouin, entre autres, seront encore mes références.

Pierre MAMIER

Ouvrir le chat
Besoin d'aide ?
Hey ! Bienvenu sur le site de la Type 1 Running Team. Puis-je vous aider ?
Powered by